Retour sur les différentes étapes nécessaires pour mener à bien ces travaux.

Etape 1 (avril) : le curage

Cette étape consiste à nettoyer le bâtiment de tout ses éléments non-constructifs (dits de second œuvre) : faux plafonds, poutres en bois décoratives, murs non-porteurs, revêtements des sols, matériaux isolants, menuiseries extérieures, … ainsi que les agencements divers laissés sur place et les installations techniques (plomberie, électricité, systèmes de ventilation, …).

Il a ici été pratiqué un « curage vert », consistant à retirer l’ensemble des éléments non amiantés (et n’ayant pas été en contact avec de l’amiante). Pour cela un diagnostic a été réalisé par AC Environnement afin de localiser les zones amiantées. Ces dernières ont été marquées et isolées afin que les opérateurs du curage ne soient pas en contact.

Le bâtiment est ainsi partiellement « déshabillé ». Le toit sera traité dans un second temps.

Tri des matériaux : Certains matériaux ont été valorisés directement (poutres, tables, planches, …). Les autres éléments ont été triés dans des bennes pour être ensuite transportés vers les filiales de valorisation des déchets de notre territoire. 

Etape 2 (mai) : le désamiantage

Le désamiantage est devenu une étape incontournable lors des déconstructions ou des rénovations des bâtiments anciens. L’amiante était très largement utilisé pour ses propriétés (résistance à la chaleur, au feu, pouvoir absorbant, …) notamment dans nos bâtiments. Interdit depuis 1997, il est maintenant nécessaire de le traiter avec prudence du fait de sa toxicité et de la règlementation en vigueur.

Ainsi, afin de prévenir toute problématique de contamination, des analyses ont été effectuées sur l’ensemble du bâtiment et tout type de matériaux rencontrés.

Cela a permis à l’entreprise de cibler précisément les matériaux à évacuer. Pour notre déconstruction, l’amiante était présent dans la toiture (et ponctuellement ailleurs)

Les grandes phases :

  • Comme l’illustre l’image ci-dessous, il est nécessaire de confiner le bâtiment et le site en protégeant toutes les surfaces pouvant être en contact avec l’amiante lors de l’intervention (sol, murs, …). Un périmètre de sécurité autour du bâtiment est, conformément à la règlementation, installé afin de protéger les riverains, passants, travailleurs, …
  • L’amiante est ensuite prudemment prélevé, stocké, puis évacué. Pour ces interventions seul des entreprises qualifiées sont autorisées à intervenir. Ici, il s’agissait de l’entreprise SFTP.

Aujourd’hui, deux méthodes de traitement de ces déchets existent : l’enfouissement et « inertage » (exposition de l’amiante à tes températures comprises entre 1000 et 1600°C)

Le bâtiment est ainsi entièrement « déshabillé ».

Etape 3 (juin) : la déconstruction

Vidé des éléments contaminés ou non-structurants, la déconstruction finale peut avoir lieu. Dans un premier temps toutes structures, hors charpente métallique, sont déposées, stockées puis évacuées afin d’être concassées sur site. La structure métallique du bâtiment est ensuite démontée grâce à une pince permettant de sectionner les poutres. A la suite, les fondations sont évacuées, laissant place à un espace prêt à accueillir les futurs logements.

Etape 4 (juin) : la réutilisation des matériaux (sur site)

Dans une volonté de maintenir l’ensemble des matériaux issus du chantier sur le site afin de les réutiliser, une campagne de concassage a eu lieu fin juin sur place, en vue de leur réutilisation sur site.

Ces différentes étapes montrent bien pourquoi il est important de parler de déconstruction, et non de démolition.

Fil info Pré Billy

La biodiversité, point d’honneur du projet

[CLIMAT] Lutter contre les îlots de chaleur urbains

[#2 – Juillet] Pré Billy vu du ciel

VACANCES : Fermeture de la maison du projet

[CHANTIER] Concassage des matériaux

Archives